Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Robocop - de José Padilha - 2014

Publié le par Z

Robocop - de José Padilha - 2014

Alex Murphy, de la police de Détroit, est très gravement blessé. Alors que la multinationale OmniCorp lutte à faire accepter les drones comme flics dans les rues, elle voit en ce Murphy quasi-mort l'occasion de mettre un quasi-drone en fonctionnement pour servir de vitrine.

Alors évidemment, ce Robocop a la lourde tâche de supplanter l'autre Robocop, celui de Paul Verhoeven, et qui s'est imposé comme un film majeur d'anticipation des années 80. La bonne idée dans ce Robocop 2014, c'est d'avoir actualisé le propos : la recherche, les politiciens, les médias tenus par les mégacorpos ; les drones sont l'avenir de la police...

Seulement, là où le Robocop était génial, c'était par la multiplicité des méchants qui allaient jusqu'à se tirer dans les pattes. Ici, le scientifique s'avère idiot et niais, sans saveur. Son retournement scénaristique pathétique. Et c'est un peu pareil pour tous les personnages. Mus pour des raisons souvent simplistes, les personnages ne sont pas crédibles. On ne s'y attache pas, et seul demeure un ennui qui prédomine une bonne partie du temps. L'exemple même du film sans intérêt.

IMDB

1/5

Commenter cet article

alice in oliver 25/04/2018 10:43

Perso j'ai trouvé que le remake se tenait plutôt bien à condition de phagocyter le film de Verhoeven, une tâche pour le moins difficile, il est vrai

alice in oliver 24/04/2018 21:26

La grande force de la version de 88, c'était cette proposition incongrue en faisant de Robocop une sorte de Jésus américain, le film étant finalement une allégorie sur l'âme humaine. En revanche, je serai moins saignant sur ce remake, certes très inférieur à son homologue, mais avec quelques trouvailles sympathiques. La scène où Murphy découvre ce qu'il reste de lui (un vulgaire tronc cérébral) est d'une cruauté presque sans égal

Z 25/04/2018 08:19

Dans un film bien écrit, je serais peut-être allé dans ton sens. Ici, je n'y ai juste vu que du voyeurisme. Et Gary Oldman, quel naufrage !...