Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Apocalypse Now - de Francis Ford Coppola - 1979

Publié le par Z

Apocalypse Now - de Francis Ford Coppola - 1979

Captain Willard est un vétéran restant à Saigon dans l'attente d'une mission. Un jour, celle-ci arrive : il lui faut retrouver le Colonel Kurtz, un héros de guerre devenu fou, et l'abattre. Il lui faut pour cela traverser une bonne partie des zones de guerre du Vietnam.

Remarque : la version ici commentée est la version originale.

Apocalypse Now est de ces films à la structure binaire très marquée. Et comme cela arrive régulièrement avec ces films, l'une des séquences est meilleure que l'autre.

Dans sa première partie, Apocalypse Now nous montre le foudre de guerre Bill Kilgore (magnifique Robert Duvall) exterminer les vietnamiens comme de vulgaires nuisibles. L'absurdité des combats dans toute sa splendeur. Le rythme tour à tour lent et soutenu est parfait, la musique d'ambiance totalement envoutante, les couleurs superbes et la caméra virtuose. Bref, la première partie relève du chef-d’œuvre, et les scènes les plus marquantes d'Apocalypse Now s'y trouvent.

Dans la deuxième partie, Willard et Kilgore se séparent. La film est plus resserré sur quelques personnages, et prend peu à peu une dimension mystique. Et là si les couleurs et la caméra suivent toujours, Coppola sabote son film en tuant le rythme, entre scènes contemplatives et dialogues verbeux. Le personnage de journaliste joué par Dennis Hopper est insupportable et gâche légèrement le plaisir.

Si le film reste excellent, il est rageant d'apprécier autant un film pendant 1h30 et de sentir la pression et l’intérêt retomber ensuite.

IMDB

4/5

Commenter cet article

Dirty Max 666 03/06/2015 14:05

Une expérience unique, en ce qui me concerne, le genre de trip dont on ne revient jamais. Je me souviens avoir pris une grosse claque en découvrant la version "Redux" du film sur grand écran. Le chef-d'œuvre de Coppola n'en était que plus fascinant. "The horror...The horror...The horror..."