Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Barry Lyndon - de Stanley Kubrick - 1975

Publié le par Z

Ascension et chute d'un Irlandais qui, passant d'un camp à l'autre pendant la guerre de 7 ans, puis usant de retorses combines, atteindra les sommets dans l'aristocratie anglaise.

Chaque scène d'intérieur est un Rembrandt, chaque scène extérieure un Corot.

 

Avec Stanley Kubrick, c'est presque banal de dire cela, mais Barry Lyndon est un chef-d'oeuvre. Que voulez-vous, il est des films devant lesquels on ne peut rien.

Le scénario d'abord est assez captivant. Voir comment ce simple péon irlandais parvient, à coups de chance et de bluff, à se hisser aux plus hautes sphères est passionnant. Les aristocrates luttant pour le pouvoir sont dépeints au vitriol. Les bassesses y sont tolérées et même monnaie courante tant que les apparences sont conservées.

Comme souvent avec Kubrick, les acteurs, bien qu'inconnus, sont tous impeccables. Ryan O'Niel, dont la filmographie (Barry Lyndon à part) ferait honte à un dimanche soir sur TF1 en deuxième partie de soirée, campe un Barry Lyndon archi-présent et convaincant tant dans ses forces que ses faiblesses.

Comme d'habitude avec Kubrick, la musique est très présente et participe énormément aux ambiances. Les instruments et les acteurs se répondent dans un ballet époustouflant dont même les plus habitués de Kubrick ne peuvent se lasser.

Mais la force incroyable du film, ce qui fait que Barry Lyndon est un des meilleurs Kubrick, est la beauté plastique du film. Chaque scène d'intérieur est un Rembrandt, chaque scène extérieure un Corot. On nage, on se noie dans une avalanche de plans tous plus magnifiques les uns que les autres. Le terme de génie vient d'une façon si naturelle à l'esprit devant une telle beauté qu'on ne peut qualifier Barry Lyndon que par le seul terme lui correspondant : un chef d'oeuvre.

IMDB

5/5

 

Commenter cet article