Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Last Life in the Universe - de Pen-Ek Ratanaruang - 2003

Publié le par Z

En Thaïlande, un Japonais suicidaire se voit obligé de tuer un yakuza qui venait de tuer son frère. Une jeune femme se retrouve désoeuvrée quand sa soeur est brutalement tuée sur la route. Ces deux personnages se rencontrent, et de fil en aiguille le Japonais passe plusieurs jours chez la Thaïlandaise.

Last Life in the Universe est un vrai bijou.

 

Avec son synopsis à faire fuir toute personne normalement constituée qui n'est pas sous perfusion de Prozac, Last Life in the Universe ne part pas gagnant. Mais c'est sans compter sur le talent du fameux Pen-Ek Ratanaruang... dont je n'avais jamais entendu parler.

D'abord, le film est bourré d'humour. Si ce n'est pas à se rouler par terre, on ne peut s'empêcher de sourire à toutes les tentatives de suicide ratées du Japonais. De même, la barrière de la langue entre le Japonais et la Thaïlandaise donne quelques situations amusantes.

Ensuite, Last Life in the Universe n'est absolument pas un tire-larmes. La perte du frère et de la soeur donne une ambiance feutrée et ralentie au film. Absolument pas pathétique ni même vraiment triste. C'est un film sur la reconstruction et non la lamentation.

Le scénario est très malin, et les deux personnages principaux omniprésents à l'écran sont très bien écrits et interprétés. D'ailleurs, le Japonais est joué par Tadanobu Asano. Vous le connaissez forcément puisqu'il est un des acteurs fétiches d'Aoyama Shinji (par exemple dans l'étrange Eri Eri Rema Sabakutani), mais aussi de Takashi Miike (il incarne notamment l'inoubliable Kahihara au grand sourire dans Ichi the Killer), et encore de Kiyoshi Kurosawa (Bright Future, Vers l'Autre Rive, ...) !

Bref, il est l'un des acteurs contemporains les plus importants, et c'est avec délectation qu'on le retrouve ici, toujours aussi brillant en suicidaire timide et bienveillant. Notons d'ailleurs que Takashi Miike a un petit rôle fort sympathique à la fin du film.

Enfin, la caméra de Pen-Ek Ratanaruang est magistrale. Les cadrages sont très inspirés et les couleurs superbes. Last Life in the Universe est un vrai bijou, à côté duquel il est bien plus facile de passer que de s'arrêter. Seuls les braves seront récompensés ! Pour ma part, je pars fouiller dans sa filmographie. A bientôt.

IMDB

4/5

Commenter cet article