Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Amer Béton - de Michael Arias - 2006

Publié le par Z

Noir et Blanc sont deux orphelins qui forment le clan des Chats. Ils règnent sur Treasure Town, quartier loufoque d'un étrange Tokyo. Noir est un expert du combat et Blanc est un jeune garçon un peu simplet. Quand Rat, un chef yakuza, revient prendre possession du quartier, Noir et Blanc doivent reprendre sérieusement du service. Mais quand Serpent débarque pour modifier radicalement la ville, toute leur vie est chamboulée !

[...] tout cela donne à Treasure Town une forte personnalité.

 

Amer Béton est, c'est évident, l'oeuvre d'un artiste. Ou devrais-je dire de 2 artistes. Taiyô Matsumoto a écrit le manga, et Michael Arias lui a donné vie et couleur en le passant à l'écran. Notons d'ailleurs que si Arias est américain, le manga est complètement japonais, le réalisateur le parlant couramment.

Il se dégage d'Amer Béton une superbe ambiance. La ville avec ses éléments de décors surchargés, ses personnages étranges aux noms renvoyant au Yin et au Yang, tout cela donne à Treasure Town une forte personnalité.

Les personnages qui se déplacent de façon surhumaine mais sont au final très fragiles participent aussi à la réussite du film. On ne sait jamais si l'on voit des maitres d'art martiaux ou des enfants, le dessin accentuant encore la confusion.

Le scénario de Matsumoto pourra parfois déplaire, car il donne une impression de laisser-aller. Certaines pistes restent inexplorés, certains personnages sous-employés. Mais le côté parfois onirique qui s'exprime par le personnage de Blanc fait ressortir une réelle poésie.

De nombreuses références plus ou moins évidentes parsèment le film, mes préférées étant celles à Moebius et celle, plus discrète, à The Crow.

Amer Béton est un vrai plaisir à regarder, qui donne envie de se plonger dans les mangas de Taiyô Matsumoto. Il lui manque juste un je-ne-sais quoi pour prétendre au niveau exceptionnel des mangas de Satoshi Kon (voir par exemple le Tokyo Godfathers récemment chroniqué).

IMDB

3/5

Commenter cet article