Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une Page Folle - de Teinosuke Kinugasa - 1926

Publié le par Z

Un homme rend visite à sa femme dans un asile d'aliénés. Un soir, et contre l'avis de sa fille, il décide de la sortir de là. Mais tout ne se passe pas comme prévu. Obligé de s'endormir sur place, il part dans des rêveries hallucinées.

Kinugasa est [...] le père du cinéma lynchien.

 

Une Page de Folie est un film assez exceptionnel à bien des points de vue. Nous sommes là aux balbutiements du cinéma japonais (et du cinéma tout court), et Kinugasa nous offre, en vrac, un montage parfois extrêmement rythmé, des surimpressions en pagaille, des filtres déformants, des mouvements de caméra d'une précision diabolique, et des scènes avec une bonne vingtaine d'acteurs à l'écran.

Un peu à la manière de Méliès, le cinéma est utilisé pour montrer ce que la réalité ne permet pas. Mais si Méliès est le père d'un cinéma fantastique grand public à la Spielberg, Kinugasa est plutôt le père du cinéma lynchien. En cela je le trouve bien plus intéressant.

En effet, les effets spéciaux servent à illustrer la folie des résidents de l'asile d'une part, et les délires oniriques du mari d'autre part. Et comme dans le cinéma lynchien, il est difficile de comprendre avec certitude ce que l'on voit à l'écran. D'ailleurs, si je me suis permis d'aller un peu plus loin qu'à l'accoutumée dans mon résumé, c'est avant tout car je ne suis pas sûr que mon interprétation soit la bonne.

Attention divulgâchis : ce paragraphe parle de la fin du film. C'est grâce à la scène du réveil (en tous cas ce que j'ai interprétée comme tel) que je pense être dans le vrai. Kinugasa filme alors des scènes ordinaires : rues, rivières, fleurs, et le tout sans aucun filtre. Comme à la sortie d'un rêve réaliste, quand on s'aperçoit que ce dernier reste beaucoup moins crédible que la réalité même. Un coup de maitre de mise en scène.

Fin du divulgâchis.

C'est en noir et blanc, c'est muet et sans panneaux. Heureusement cela ne dure qu'une heure, mais Une Page de Folie n'est pas pour le tout venant. Il est à réservé aux amateurs d'histoire du cinéma, de vieux films, ou d'étrangetés pelliculaires. Étant un peu tout cela, j'ai pour ma part grandement apprécié !

IMDB

3/5

 

Commenter cet article

alice in oliver 15/05/2018 15:28

Exceptionnel, un film que tu as grandement apprécié mais seulement 3/5 ???

Z 15/05/2018 15:56

Il faut aller voir ma page "Les Notes" pour plus d'explications. Je suis dur en affaires. 2/5, c'est déjà un film que j'ai apprécié. 3/5 est une très bonne note :)