Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Invasion - de Kiyoshi Kurosawa - 2017

Publié le par Z

Une amie d'Etsuko qui semble perdre l'esprit. Son infirmier de mari qui se comporte très étrangement. Puis le nouveau docteur avec lequel il travaille qui lui semble extrêmement bizarre. Etsuko comprend que quelque chose cloche. Son couple et l'humanité en seront les enjeux.

On ne sait jamais vraiment si Etsuko veut sauver son couple ou son espèce.

 

Kiyoshi Kurosawa, plutôt prolifique ces derniers temps, nous revient avec encore en tête son obsession pour la destruction de la cellule familiale japonaise. Après Creepy, sorti l'an dernier, la figure du mari en prend encore pour son grade. Quant au rôle de la femme, toujours trop timide, il est clairement mis en lumière. A noter que Le Secret de la Chambre Noire et Avant Que Nous Disparaissions (que je n'ai pas vus) sont sortis entretemps !

Mais parlons plutôt du contenu et de la manière du film. Cette invasion extraterrestre. Oubliez Will Smith et Spielberg. Pas de Tom Cruise ou de Kurt Russel. Pas l'ombre d'un tentacule et personne qui parle le Klingon. Dans Invasion, l'économie de moyens pour nous faire croire à cette histoire d'extraterrestres est bluffante.

Par ce biais, Kurosawa fait côtoyer l'intime et l'universel, mais d'une manière assez originale. Car on ne sait jamais vraiment si Etsuko veut sauver son couple ou son espèce. Admirablement joué, en particulier Etsuko, campée par Kaho, d'une normalité presque affligeante, et son mari joué par Shôta Sometani, déjà vu dans Himizu et Tokyo Tribe de Sono Sion.

On notera aussi quelques clins d’œil. J'ai relevé E.T. et Parasyte, film adapté de l'excellent manga éponyme dans lequel le rôle principal est tenu par... un certain Shôta Sometani.

Œuvre hautement recommandable dans la filmographie du maitre du fantastique japonais, sans être son meilleur cru, Invasion ravira les fans de cinéma japonais, et tous les amateurs d'une SF cérébrale et humaine.

IMDB

3/5

Commenter cet article