Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Bête Aveugle - de Yasuzō Masumura - 1969

Publié le par Z

Michio est un sculpteur aveugle. En Aki, il a trouvé le modèle parfait, le corps idéal pour réaliser son œuvre parfaite. Anticipant un refus de sa part, il kidnappe la jeune modèle dans son atelier attenant à son appartement, ou il vit seul avec sa mère.

Une réalisation quelconque, un jeu d'acteurs daté [...] et une direction artistique aux gouts douteux.

 

Attention, La Bête Aveugle vous emmène vers des terrains pour le moins incongrus. Les thèmes abordés sont loin d'être aussi inoffensifs que ne le laisse paraitre le synopsis.

En effet, le kidnapping de la belle modèle sert d'alibi à une réflexion sur le toucher et sur le plaisir corporel basé sur ce sens. Or ces plaisirs sont suivis jusque dans leurs plus extrêmes penchants.

Voilà qui aurait pu être l'occasion d'un très grand film. Malheureusement, La Bête Aveugle se "contente" d'être un bon film marquant avant tout par son originalité. Car le propos osé du réalisateur est quelque peu dilué par une réalisation quelconque, un jeu d'acteurs daté (surtout de la part de Eiji Funakoshi en sculpteur aveugle peu convaincant), et une direction artistique aux gouts douteux.

Si les dialogues sont trop bavards, trop démonstratifs, ils sont sauvés par la voix off de la modèle. Chaque pensée de la jeune femme est d'une beauté littéraire sans nom. Cela laisse apercevoir ce que Yasuzō Masumura n'a pas réussi à transmettre en images : la beauté de la plume de Rampo Edogawa qui a écrit le livre dont est adapté ce film.

Vous l'aurez compris, La Bête Aveugle n'est ni une réussite, ni un échec. Mais s'il ne me donne aucune envie de pousser plus avant le cinéma de Yasuzō Masumura, il donne furieusement envie de s'attaquer à l’œuvre littéraire de Rampo Edogawa.

A réserver aux curieux des "Films de Z" et autres bizarreries japonaises.

IMDB

2/5

Commenter cet article