Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tueurs Nés - d'Oliver Stone - 1994

Publié le par Z

Mickey et Mallory sèment derrière eux de nombreux cadavres criblés de balles. Dans une Amérique rongée par la cupidité et la bêtise, les médias vendus au sensationnalisme se passionnent pour ce couple meurtrier et pour le flic tordu qui se lance à leurs trousses.

Vous vivrez mieux si vous ne vivez qu'avec son souvenir.

 

Quel synopsis attrayant mais indigeste et mal écrit ! C'est malheureusement ce qui traduit le mieux le ressenti à la sortie de ce Tueurs Nés. Un film sympathique mais indigeste.

Film culte de ma jeunesse, c'est il est vrai avec une certaine appréhension que je revoyais cette pellicule d'Oliver Stone. Mais on n'est pas toujours déçu, preuve en est avec cette chronique de Trainspotting. Alors pourquoi Tueurs Nés bloque-t-il ? Et que peut-on sauver de ce film culte ?

Tueurs Nés est singulier pour 2 raisons. La première est le jeu extrême de ses acteurs. Woody Harrelson et Juliette Lewis sont admirables. Ils ont un charisme incroyable et campent des tueurs en série tout à fait convaincants. Tom Sizemore, qui campe le flic détraqué est lui aussi très juste. Malheureusement, les autres rôles sont moins réussis, et le jeune et pas encore Ironman Robert Downey Jr., en particulier, est tout simplement insupportable de cabotinage. (Un signe, diront les mauvaises langues dont je fais partie.)

La deuxième particularité du film est cette réalisation saturée d'éléments colorés au montage MTV-esque. Et là, c'est plus compliqué. Sur ce point, l'esthétique est cruellement datée. Le film ressemble à un enchainement de clips des années 90. Oliver Stone emprunte aussi beaucoup aux Mondo films en insérant avec plus ou moins de réussite moult cutscenes plus ou moins trashs. Cela, c'est plutôt une bonne idée, mais le procédé trop systématique devient lui aussi assez indigeste.

Bien sûr, Oliver Stone (et Quentin Tarantino au scénario) ont un propos. Un message. Les médias mangent de la merde et nous la renvoient pour nous en gaver. C'est assez primaire, et le défouloir qu'est Tueurs Nés rate complètement son coche tant son message est perdu derrière le charisme de Woody Harrelson.

Reste heureusement la B.O., rythmée par Leonard Cohen et NIN pour ne citer qu'eux, qui est tout bonnement superbe. Tueurs Nés est un film qui aura marqué son époque, mais vous vivrez mieux si vous ne vivez qu'avec son souvenir.

IMDB

2/5 - Estampillé "Film de Z" pour sa débauche d'hémoglobine et ses inserts trashs.

Commenter cet article

alice in oliver 13/06/2019 10:51

un film générationnel mais qui perd de son impact au cours de route à force justement de verser dans l'outrance et les figures archétypales. Curieusement, ce film finit par ressembler au même produit qu'il dénonce