Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Panique à Needle Park - de Jerry Schatzberg - 1971

Publié le par Z

Bobby, un jeune toxico léger, sympathique et fonceur, rencontre Helen, jeune femme fragile et douce. Les deux tombent follement amoureux. Un amour qui doit trouver sa place parmi les seringues d'héroïne.

Réalisme dans le décor comme dans les trajectoires.

 

Première apparition d'Al Pacino dans un rôle principal, Panic in Needle Park est déjà en soi une curiosité. Une de ces curiosités qui vous font pousser les bonnes portes. Car Pacino y trouve aussi un de ses plus beaux rôles.

Dans Panic à Needle Park, Schatzberg (qui adapte un roman de James Mills) raconte une époque où l'héroïne circulait abondamment. Un "âge d'or de l'héroïne" si l'on peut dire. Un maelstrom qui a emporté de nombreux jeunes, des jeunes "qui voulaient seulement s'amuser" comme en parle Philip K. Dick à la fin de son excellent livre Substance Mort.

Schatzberg suit le parcours de deux d'entre eux avec une vision presque documentaire. Un réalisme dans le décor comme dans les trajectoires qui pourraient avoir inspiré The Wire. De même, le vol de télévision servant à l'achat un shoot d'héro est explicitement cité dans Requiem for a Dream.

Mais contrairement à ce dernier et à Trainspotting, Panic in Needle Park se contente d'une vérité crue avec une mise en scène minimaliste dans ses effets et pourtant très puissante dans ses gros plans et ses compositions.

Enfin, comment ne pas souligner les performances des acteurs. Le jeune Al Pacino est littéralement bluffant. Il porte et emporte son personnage, le transformant avec une facilité rare. Au début du film, il ressemble à Paul Mc Cartney ; à la fin, il ressemble à Al Pacino. Kitty Winn, qui lui donne la réplique, et elle aussi d'une justesse époustouflante. Malheureusement, IMDB confirme que sa carrière n'a jamais vraiment décollé.

Film que je recommande sans retenue à tout le monde.

IMDB

4/5 (presque 5)

 

 

Commenter cet article

alice in oliver 17/10/2019 09:00

j'avoue que je ne connaissais pas ce drame, à priori très réaliste, sur la drogue. J'en prends bonne note. Je ne suis pas surpris qu'il ait, entre autres, influencé Requiem for a dream et Trainspotting

Z 17/10/2019 09:04

Je suis persuadé que tu vas adorer ce film. Bien trop méconnu malheureusement.