Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Drunk - de Thomas Vinterberg - 2020

Publié le par Z

Ils sont quatre amis, quatre profs de lycée à vivre une vie que l'on pourrait qualifier, non de malheureuse, mais de tristement ennuyeuse. L'un découvre les travaux d'un sociologue expliquant que l'état le plus heureux pour l'humain est celui avec 0.5 g d'alcool dans le sang. Avec enthousiasme, ils s'essaient à cette théorie.

Un vrai équilibre entre les personnage nous offre les joies de découvrir des personnages profonds dans leur singulière banalité.

 

Thomas Vinterberg a 13 longs métrages à son actif, d'après IMDb. Parmi ceux-là l'excellent Festen et le non moins excellent La Chasse, chroniqué ici il y a peu. Il va vraiment me falloir envisager une plongée dans son œuvre. Car, à l'instar d'un Sono Sion - maintes fois chroniqués sur ce site - Thomas Vinterberg allie art de la mise en scène et scénarios originaux, surprise à chaque film mais univers artistique cohérent.

Drunk nous entraine avec ces 4 mecs, plus ou moins en crise de la quarantaine, qui au final s'ennuient dans leur vie. L'alcool leur redonne ce coup de boost qu'ils avaient perdu. Et c'est étrange car le message le plus évident du film semble être "l'alcool c'est cool, mais faut quand même faire gaffe". Si l'on peut être surpris par la naïveté du message, après réflexion c'est un message que l'on n'entend jamais, si ce n'est dans de rares comédies. Et il est distillé par Vinterberg avec autrement plus de talent que cette pauvre phrase que je vous inflige.

Car justement le réalisateur développe un très beau vocabulaire du mouvement. Au début, Martin (Mads Mikkelsen, comme toujours parfait) est statique, en contraste avec ses étudiants en mouvement constant autour de lui. Et l'alcool va ranimer le mouvement, jusqu'à une scène finale explosive dont je ne parlerai bien sûr pas dans ces lignes. L'alcool qui provoque et qui altère le mouvement. Plus que le raisonnement. Voilà qui semble au coeur du film, et qui différencie principalement Drunk du magnifique Husbands de Cassavetes. Les deux films ont énormément en commun, y compris leur qualité.

Comme pour Lars Von Trier, la pratique du Dogme semble avoir donné à Thomas Vinterberg un art de filmer et de cadrer les scènes les plus simples. Un art immédiatement reconnaissable et qui semble pourtant tellement simple !

Soulignons enfin la qualité d'interprétation des quatre acteurs principaux. La complicité crève l'écran, le jeu est toujours juste, et si Mads Mikkelsen est l'acteur principal, un vrai équilibre entre les personnage nous offre les joies de découvrir des personnages profonds dans leur singulière banalité.

Un film que je recommande chaudement à tous ceux que trinquer ne fait pas peur.

IMDb

4/5 - Estampillé Film de Z pour son pitch original !

Commenter cet article